Langage SMS et anglicismes

Le rapport de la France à l’anglais : mise à jour version 2015

Langage SMS et anglicismes

En mars 2015, quelques jours avant la Journée internationale de la Francophonie (20 mars), la France répondait de la bouche (!) de ses canons à certains mots. Ce qu’il faut comprendre, c’est que l’offensive n’est pas militaire, mais plutôt linguistique. Les ennemis? Langage SMS et anglicismes.

« Pour mieux se comprendre » : https://www.youtube.com/watch?v=0Ue7F1QZMYM

« Stop au langage SMS » : https://www.youtube.com/watch?v=5OrKHooyxIQ

« Stop aux anglicismes » : https://www.youtube.com/watch?v=2N7Qea39Ego

C’est plus précisément la vidéo portant sur les anglicismes[1] qui nous intéressera ici.

langage-sms-et-anglicismes-csaPremière journée de la langue française dans les médias audiovisuels

Dans le cadre de la « Première journée de la langue française dans les médias audiovisuels », qui a eu lieu le 16 mars 2015 en France, le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), avec l’appui de l’Académie française et de l’Organisation mondiale de la Francophonie, a lancé une campagne intitulée « Dites-le en français ».

Langage SMS et anglicismes

L’un des mandats du CSA est de veiller à la défense et à l’illustration de la langue française dans la communication audiovisuelle. Olivier Schrameck, président du CSA, mentionne également ceci au sujet du rôle de l’organisme :

« Au moment où notre pays, comme d’autres en Europe, traverse des moments tragiques, où la nation est bousculée dans ses fondements mêmes – la liberté d’expression, l’égalité des droits, la fraternité entre les différentes composantes de la société –, notre rôle, je dirais même notre responsabilité, est de promouvoir la richesse de notre langue, socle de notre communauté nationale[2]. »

Campagne « Dites-le en français » et identité francophone

« Dites-le en français », puisque la France, qui a toujours considéré l’anglais comme une langue de prestige[3], se sent maintenant menacée par l’afflux de plus en plus important de termes empruntés à cette langue non seulement dans les médias (à la fois numériques et traditionnels), mais aussi dans les conversations quotidiennes. Les vidéos de la campagne se terminent toutes avec la mention suivante :

« Notre langue est belle, utilisez-la », signalant d’emblée que les anglicismes (et le langage SMS) ne sont pas considérés comme une forme de français.

Certains vont jusqu’à dire que l’ensemble des pays de la Francophonie est de moins en moins francophone. Et c’est bien là toute la dualité du rapport à l’anglais de ces pays : nécessité absolue de recourir à cette langue puisqu’il s’agit de la langue de communication privilégiée sur les marchés internationaux; crainte de la perte progressive de l’identité francophone si intégration de termes anglais au lexique français.

En France, jusqu’où ira ce mouvement de lutte à la construction de phrases mettant en scène une alternance français/anglais? Assisterons-nous à la disparition d’anglicismes qui sont pourtant bien ancrés dans l’usage, tels que ferry, shopping, weekend (anglicismes d’ailleurs décriés au Québec)? Les Français s’inspireront-ils des Québécois pour intégrer à leur norme des mots comme traversier, magasinage, fin de semaine, courriel? En réponse au Conseil supérieur de l’audiovisuel, des émissions telles que Les Reines du Shopping devront-elles « franciser » leur nom?

Évidemment, seul l’avenir nous le dira, mais il n’en demeure pas moins que des campagnes telles que « Dites-le en français » marquent un tournant dans le rapport de la France à l’anglais, preuve que l’insécurité linguistique concernant cette langue, phénomène que l’on croyait réservé entre autres au Québec, est peut-être en train d’y gagner du terrain.

 

[1] De quelle façon un traducteur qui devrait traduire cette vidéo en anglais devrait-il s’y prendre? Devrait-il conserver tels quels les termes anglais prononcés par le locuteur masculin? Dans ce cas, la syntaxe anglaise ne serait pas forcément respectée. Puisque l’alternance français/anglais est un « nouveau » mode d’expression, il n’est pas si simple de répondre à cette question concernant la façon de le traduire.

[2] Référence : http://www.csa.fr/content/download/202106/535533/file/Langue%20fran%C3%A7aise%20-%20discours%20vdef%20(2).pdf

[3] Voir notre billet intitulé Variation géographique et traduction.

Posted on May 26, 2015 in Domaine de la traduction

Share the Story

About the Author

Back to Top