Règles d’accentuation des majuscules et des sigles

Quelles sont les règles d’accentuation des majuscules et des sigles? Dans quels contextes doit-on accentuer les majuscules? La majuscule initiale d’une phrase doit-elle comporter un accent si la minuscule équivalente en avait un? Si on emploie le sigle de régime enregistré d’épargne-retraite, le second E prend-il un accent?

Accentuation des majuscules et des sigles

Majuscules en début de phrase et majuscules initiales des noms propres et des abréviations 

Il est d’usage d’accentuer la majuscule en début de phrase et d’employer le tréma et la cédille, le cas échéant. On accentue également la majuscule initiale d’un nom propre et celle d’une abréviation. Abréger un mot ou une suite de mots signifie qu’on le « réduit » à quelques-unes de ses lettres, notamment par souci d’économie d’espace.

Accentuation de la majuscule en début de phrase : Évidemment, il neigera cet hiver.

Accentuation de la majuscule d’un nom propre : C’est Éliane qui fera le dessert.

Accentuation de la majuscule d’une abréviation : Éd. est l’abréviation de édition et électr., celle de électricité.

Dans un cas où l’ensemble d’un mot, d’une phrase ou d’un texte est en lettres majuscules, il est recommandé d’accentuer toutes les lettres qui requièrent un accent circonflexe, grave ou aigu.

En français, l’accent a d’abord et avant tout une fonction distinctive et peut influencer le sens d’un mot ou d’une phrase. Depuis la petite école, on nous répète ad nauseam la différence entre à et a, entre et ou. Oublier d’accentuer le E de tué dans la phrase suivante peut lui donner un tout autre sens : « Un tireur tué » n’a pas le même sens que « Un tireur tue ».

Bref, ne pas accentuer une lettre est non seulement une erreur orthographique ou grammaticale, mais également une erreur liée au sens, pouvant entraîner une ambiguïté lors de la lecture d’un texte. 

regles-accentuation-des-majuscules-et-des-sigles-reerAccents dans les sigles 

Contrairement aux abréviations, les sigles ont un statut autonome par rapport aux mots dont ils reprennent les initiales. C’est notamment en ce qui concerne la prononciation que les sigles sont indépendants.

Mais qu’est-ce qu’un sigle, au juste? Il s’agit d’un mot composé de la lettre initiale de plusieurs mots représentant une expression ou désignant une entreprise, une société, un organisme, etc. Certains sigles se prononcent en épelant chacune des lettres (ex. : SAQ [Société des alcools du Québec]); d’autres, comme un mot « ordinaire » (ex. : CHUL [Centre hospitalier de l’Université Laval]).

Les majuscules qui composent les sigles ne doivent pas être accentuées. En voici quelques exemples :

PEPS (pavillon de l’éducation physique et du sport)

REER (régime enregistré d’épargne-retraite)

ALENA (Accord de libre-échange nord-américain)

Vous souhaitez pousser plus loin la réflexion sur les sigles? Consultez ce lien pour connaître certaines règles liées à leur emploi!

Posted on February 29, 2016 in Domaine de la traduction

Share the Story

About the Author

Back to Top