Le déterminant possessif leur : éviter les erreurs

En plus de l’utilisation erronée du déterminant possessif leur, il est admis qu’une toute petite erreur de grammaire, d’orthographe ou de ponctuation peut changer le sens d’une phrase. Pensons notamment à l’exemple suivant, désormais classique :

C’est l’heure de manger, grand-maman!

C’est l’heure de manger grand-maman!

le-determinant-possessif-leurDans le premier cas, l’emploi de la virgule sert à isoler grand-maman et ce mot, ainsi mis en apostrophe[1], montre que l’on s’adresse à quelqu’un. Par contre, dans le second exemple, grand-maman devient complément du verbe manger… Inutile de dire que, mis à part le loup-garou dans Le Petit Chaperon rouge, personne ne souhaite réellement manger une grand-mère.

Le déterminant possessif leur

Les erreurs de grammaire peuvent également entraîner leur lot d’interprétations et un cas précis semble particulièrement poser problème aux rédacteurs : l’emploi du déterminant possessif leur[2].

Les cas non ambigus : une seule interprétation possible

Puisque les exemples qui suivent ne présentent généralement pas de difficultés, nous nous contenterons de rappeler brièvement les règles qui les régissent.

Leur, en tant que déterminant possessif, s’accorde en nombre avec le nom qu’il précède et on l’emploie lorsqu’il y a plusieurs « possesseurs ».

Le singulier est de mise lorsqu’une seule « chose » est commune à l’ensemble des possesseurs ou lorsque le contexte permet difficilement d’envisager le pluriel :

Mes voisins viennent d’acheter leur première maison. (Ensemble, mes voisins possèdent une seule maison.)

C’est le pluriel qui est employé lorsque chacun possède plusieurs « choses » ou encore s’il y a comparaison ou réciprocité :

En compagnie de leurs cinq enfants, Marie et Jean iront cueillir des pommes. (Ensemble, Marie et Jean ont plus d’un enfant.)

Philippe et David ont échangé leurs courriels afin de pouvoir discuter de hockey. (Il y a réciprocité.)

Ma grand-mère et la tienne ont comparé leurs recettes de sucre à la crème. (Il y a comparaison.)

Les cas ambigus : comment éviter les multiples lectures

le-determinant-possessif-leur-haremIl y a par contre des énoncés desquels il est possible de faire plus d’une lecture. Leur au singulier peut servir à indiquer que la « chose » possédée est propre à chacun ou encore qu’elle est possédée par tous; le pluriel peut montrer que chacun possède une « chose » ou bien que chacun en possède plusieurs. Examinons les exemples suivants : 

  1. Au gala, les artistes étaient accompagnés de leur femme.
  2. Au gala, les artistes étaient accompagnés de leurs femmes.

Voici les lectures possibles de chacun de ces énoncés, respectivement :

  1. Les artistes avaient une seule femme pour tous ou encore une femme chacun.
  2. Chacun avait plusieurs femmes ou bien chacun avait la sienne.

Afin d’éviter ces nombreuses lectures, l’Office québécois de la langue française et le Bureau de la traduction recommandent d’employer chacun ou chaque. On reformulerait donc les exemples précédents de la façon suivante, selon le sens que l’on souhaite véhiculer :

Au gala, chacun était accompagné de sa femme.

Au gala, chacun était accompagné de ses femmes.

Et vous, avez-vous d’autres exemples de phrases pour lesquelles plusieurs lectures sont possibles, et ce, en fonction de la ponctuation, de la grammaire ou de l’orthographe?

[1] Fonction d’un mot qui, lorsque mis en apposition, sert à indiquer la personne (ou la chose) à qui l’on s’adresse.

[2] Leur peut également être pronom personnel ou pronom possessif.

Posted on October 9, 2015 in Domaine de la traduction

Share the Story

About the Author

Back to Top